The Sleeping Beauty

Auteur: 

Traducteur: 

Ilustrateur: 

Conte référent: 

Sujet / Mots clefs: 

L’illustration du recueil des frères Grimm Household Stories, dont les textes sont traduits par sa sœur Lucy, amène l’artiste anglais Walter Crane à dessiner pour le conte quatre illustrations en noir et blanc qui seront photographiées, puis reportées sur bois pour être gravées par Joseph Swain, et enfin imprimées en noir et blanc au sein de l’ouvrage. L’ensemble du livre est un projet ayant démarré en 1876, mais qui ne sera publié que six ans après, en 1882. Les illustrations pour The Sleeping Beauty comprennent un hors texte en pleine page, un bandeau, une lettrine, et un cul-de-lampe.

Le hors-texte, par sa taille et sa rareté (il n’y a que dix hors-texte dans le recueil, alors que les cinquante-deux contes reçoivent au minimum un bandeau, une lettrine et un cul-de-lampe), rend manifeste l’importance que l’artiste accorde à ce conte au sein du recueil des Grimm. Significativement, Walter Crane choisit d’ailleurs d’utiliser ce hors-texte en illustration de frontispice, à l’ouverture du recueil, en face de la page de titre. Placée à cet endroit du livre, la scène où le prince, penché au-dessus du lit de la belle endormie, s’apprête à l’éveiller d’un baiser, s’intègre dans un programme iconographique mettant en avant une allégorie de l’éveil par l’entrée dans la maison des contes (voir Fièvre, 2013, p. 224-236).

Les autres images (bandeau, lettrine…) ont une dimension allégorique moins affirmée, mais possèdent un aspect décoratif caractérisitique de l’esthétique de l’illustrateur Arts and Crafts. Son trait fouillé et les modelés approfondis de ses figures hors-texte, hérités de la gravure de la Renaissance (et spécialement de Dürer et d’Holbein) se veulent un archaïsme en écho à l’origine immémoriale des contes, mais sont contrebalancés par la planéité des illustrations in-texte qui renvoient à l’idée d’une décoration architecturale (bas-relief, papier peint…) ou mobilière (décors de vases grecs antiques, marqueterie…) faisant de l’ouvrage lui-même un espace architectural où texte et images se répondent.

large_la_belle_au_bois_dormant_walter_crane_1876_album_xylographie_en_couleurs_edition_routledge_1.png      large_la_belle_au_bois_dormant_walter_crane_1876_album_xylographie_en_couleurs_edition_routledge_2.png      large_la_belle_au_bois_dormant_walter_crane_1876_album_xylographie_en_couleurs_edition_routledge_3.png      large_la_belle_au_bois_dormant_walter_crane_1876_album_xylographie_en_couleurs_edition_routledge_4.png

large_la_belle_au_bois_dormant_walter_crane_1876_album_xylographie_en_couleurs_edition_routledge_5.png      large_la_belle_au_bois_dormant_walter_crane_1876_album_xylographie_en_couleurs_edition_routledge_6.png      large_la_belle_au_bois_dormant_walter_crane_1876_album_xylographie_en_couleurs_edition_routledge_7.png

Références

Editeur: 

Macmillan

Contributeur: 

François Fièvre
Références : François Fièvre, Le Conte et l’Image. L’Illustration des contes de Grimm en Angleterre au xixe siècle, Tours, PUFR, 2013.
Collaborateur : Joseph Swain (gravure)

Date: 

1882

Type DC: 

Identifiant: 

NA

Langue: 

anglais