Mercedes Ilimona : Blancanieves y los siete enanitos

Auteur: 

Conte référent: 

Sujet / Mots clefs: 

La double reformulation – iconographique et textuelle – est au coeur de cette adaptation singulière, à mi-chemin entre album et livre illustré. Si l’histoire reste dans l’ensemble fidèle à la version des Grimm, certains passages font néanmoins l’objet d’une amplification (la scène du chasseur dans la forêt, ou bien l’arrivée de Blanche-Neige chez les nains, par exemple) et voient l’ajout de nombreuses descriptions que viennent renforcer des illustrations au trait fin et délicat. Mercedes (Mercè) Llimona accorde en effet une importance particulière aux paysages. Chaque détail est minutieusement représenté.

Quatre vignettes en couleur (aquarelle aux tons terreux) alternent avec de nombreuses illustrations en noir et blanc (encre de chine) de taille variable, détourées, ou cadrées. L’ensemble de ce dispositif permet des variations de rythme plus ou moins importantes. Mercè Llimona doit beaucoup à l’illustrateur Arthur Rackam et lui rend, dans cet ouvrage, un hommage appuyé. Mêmes tonalités, décors foisonnants de détails, arbres torturés, et usage d’un phylactère pour la signature placent cette œuvre sous le signe du pastiche.

De plus, en forçant sa ressemblance avec une sorcière, Mercè Llimona donne du personnage de la marâtre une interprétation à la fois personnelle et proche de celle donnée par le film des studios Disney. L’influence de ce dernier n’est pas sans transparaître également à travers l’importance donnée aux animaux de la forêt, tant dans le texte que dans les illustrations.

Texte et image s’associent harmonieusement dans cet ouvrage pour donner du conte une interprétation rassurante dans laquelle s’opposent clairement les deux personnages féminins, l’un emblème de pureté et d’innocence, l’autre de laideur et de cruauté. L’épisode final (la belle-mère est punie et doit enfiler des souliers chauffés à blanc pour danser), par souci de bienséance probablement, a été supprimé, le texte s’achevant sur une phrase des plus laconiques: “La méchante femme fut punie comme elle le méritait, pour toutes ses mauvaises actions.”

large_blanche-neige_mercedes_llimona_2006_album_1vol_48p_1er_edition_1941_juventud_barcelona_droits_edebe_1.jpg      large_blanche-neige_mercedes_llimona_2006_album_1vol_48p_1er_edition_1941_juventud_barcelona_droits_edebe_2.jpg      large_blanche-neige_mercedes_llimona_2006_album_1vol_48p_1er_edition_1941_juventud_barcelona_droits_edebe_3.jpg      large_blanche-neige_mercedes_llimona_2006_album_1vol_48p_1er_edition_1941_juventud_barcelona_droits_edebe_4.jpg

 

 

Références

Editeur: 

Edebé

Contributeur: 

Mathilde Jamin
Illustratrice : Mercedes Llimona

Date: 

2006

Type DC: 

Format: 

1 vol. (48 p.)

Identifiant: 

ISBN 84-236-7858-X